ALEXANDRE DUMAS

Alexandre Dumas

« Lorsque j’ai découvert que j’étais noir, je me suis déterminé à ce que l’homme voie en-dessous de ma peau ».

Alexandre Dumas vient au monde à Villers Cotterêts dans le département de l’Aisne, le 24 juillet 1802, à l’aube du dix-neuvième siècle qui voit une recrudescence de racisme. En effet Napoléon vient d’interdire l’entrée en France des « noirs et gens de couleur », avant de proscrire peu après les unions « mixtes » en 1803. Le père d’Alexandre Dumas, le général Thomas Alexandre Dumas est un mulâtre, fils d’un marquis de la petite noblesse normande et d’une esclave noire, il portait en permanence une cartouche, obligatoire preuve de son identité. Napoléon Bonaparte lui refusera la légion d’honneur, le dégradant aussi aux yeux de son fils. La blessure de l’enfance sera matière à sublimation dans l’œuvre romanesque future.

Neptune en secteur 4, en Scorpion, abrite dans sa coupe un inconscient complexe, secret, tourmenté, néanmoins riche d’un potentiel de transformation et de créativité que l’écrivain portera au grand jour d’un Mars, maître énergique du Milieu du ciel et y culminant dans le reflet de la Lune, image d’une victoire opiniâtre sur des blessures originelles.


Lion par le Soleil et l’Ascendant, Dumas exprime dans son apparence dans sa façon d’être au monde, la force vitale du signe, une nature ignée, altière, enthousiaste, ambitieuse, autoritaire. A Haramont, au Château des fossés, loué par son père aux alentours de 1804, l’enfant découvre la sensualité de la Lune en Taureau, l’amour de la nature et la passion de la chasse, aiguise son goût et son odorat, déverse le besoin tumultueux de mouvement, d’effort, de jouissance, de Mars en Taureau.
En 1806, La Lune natale à progressé jusqu’au Soleil, les deux luminaires fusionnent dans le Lion. Alexandre Dumas est confronté à la mort. L’enfant de cinq ans s’empare d’un fusil pour tuer le Dieu dont on lui dit qu’il a rappelé son père au ciel. Plus tard c’est avec sa plume qu’il réglera ses comptes, à la pointe de l’épée, au poing ou au pistolet, Dumas adulte voudra réconcilier chez les héros de ses romans et en lui-même, les valeurs républicaines et l’idéal chevaleresque.

A suivre….

 

Ce contenu a été publié dans En avant première. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *