Amedeo Modigliani

Amedeo_Modigliani_1919-wikipediaModigliani est né le 12 Juillet 1884 à 9 h à Livourne en Italie.  Il décède à Paris le 24 janvier 1920 à 20 h 50. Entre ces deux dates, trente six années à peine se déploient à partir d’une vocation précoce suivie d’un cheminement tourmenté au service d’une passion absolue.

9154_789_Modigliani-Femme-au-col-blanc

Femme au Col Blanc

Le Soleil est à la naissance à 20° du signe du Cancer dans un décan lunaire,  sous la maîtrise d’une Lune en Poissons proche de l’occident lieu d’engloutissement de l’éclat solaire. Du Cancer aux Poissons se déverse toute la richesse d’un inconscient jailli des profondeurs de la mémoire familiale, du poids des interrogations, des mystères, des connaissances ancestrales. Très loin dans ce passé  qui le porte, il y a des racines juives séfarades dont il laissera quelques traces dans des signes kabbalistiques ou caractères hébraïques  au dos de ses toiles. Plus près il y a ce grand-père Isaac dont l’influence directrice suppléant à l’éloignement du père, trône dans ce Saturne en élévation au signe des Gémeaux. Un grand père philosophe qui sait les secrets de la Torah et  qui donne le cap. Plus près encore, une mère attentive et cultivée, traductrice en langue anglaise des poèmes de Gabriel d’Annunzio. Elle crée une école pour subvenir aux besoins de la famille et longtemps pourvoira à ceux de son fils.

Le Cancer se souviendra et reviendra souvent vers la source, l’Italie de son enfance mais aussi vers l’art de cette Toscane où plongent ses racines esthétiques. Il y a aussi le souvenir d’un passé opulent, propriétés en Sardaigne, profits et victuailles à volonté suivis de faillites et coups du sort mais qui lui laisse quelque chose d’aristocrate dans sa façon d’être, une élégance naturelle, la désinvolture de ceux dont la lignée a vécu dans l’aisance. Pourtant le moment même de cette venue au monde est marqué par une première saisie d’huissier imprimant dans ce jour du 12 juillet 1884 la difficulté qu’aura Amedeo Modigliani à assurer sa propre subsistance, dilapidant  ses ressources physiques et matérielles sur l’autel de sa création.

A suivre….

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *