LE ZODIAQUE ET LES 12 HEXAGRAMMES SAISONNIERS DU YI-JING

1000866_187780638057835_1160944800_n

Tandis que nos scientifiques occidentaux les plus brillants ont recours à une métaphore :

« L’aléa quantique est le tic-tac de l’horloge divine ».

Les Chinois, à l’aube de leur civilisation, ont repéré le battement comme origine :

« Une fois Yin, une fois Yang, c’est comme ça que tout fonctionne ».

Le système solaire constitue notre environnement immédiat, ses rythmes au moment de notre naissance posent une empreinte particulière dans notre système nerveux à laquelle s’ajoutent des conditionnements génétiques, socio-culturels, affectifs, éducatifs, géographiques, contribuant à faire de chacun de nous un être unique et évolutif. La répartition du zodiaque en 12 signes de 30° est fonction du cycle de la terre qui met 12 mois à effectuer sa trajectoire autour du Soleil. Chaque signe du zodiaque se caractérise par le rythme du Soleil et des planètes qui parcourent les 30° de ce signe selon leur présence ou leur absence ainsi que selon leur durée de présence ou d’absence au dessus ou au dessous de l’horizon. Cette variation rythmique de la lumière tout au long de l’année est en analogie remarquable avec la pensée chinoise qui associe 12 hexagrammes du Yi-Jing (sur la totalité des 64 ) à la variation du rapport entre ombre et lumière.

Commençons par rappeler l’énergétique qui habite deux symboles aussi abstraits que le Yin et le Yang.

legendes-mythes-initiation-origine-yi-jing-traits-yin-yang (3)

  • Le Yang symbolisé par un trait plein, continu, est l’énergie qui donne l’impulsion,
  • Le Yin symbolisé par un trait vide au centre, est l’énergie qui mène à terme. Ces deux manifestations de l’énergie sont en mouvement perpétuel. Le trait plein, Yang, par un mouvement d’expansion, s’étire jusqu’à créer en son centre ce vide qui parvenu à son extrême aboutira au trait Yin. De même, ce trait Yin en se condensant, en se contractant, va rapprocher les deux traits qui le composent pour donner à nouveau un trait plein, Yang. Ce mouvement perpétuel est analogue à l’inspiration-expiration et peut s’expérimenter  dans le  corps grâce à la pratique du Tai-Chi-Chuan.

sans-titre (50)

Un hexagramme est composé de six traits superposés et se lit de bas en haut. Pour présenter ces douze hexagrammes du Yi-Jing  et les rapprocher des douze signes du Zodiaque voici un liste ( à lire de bas en haut si l’on considère le Bélier comme point 0° du zodiaque ou point vernal marquant le début du printemps) mettant en parallèle les symboles de chaque signe et les hexagrammes correspondants, ensuite nous essayerons de développer pour chaque signe du zodiaque, comment vont s’exprimer le rythme et  l’énergie en présence, dans l’attitude psychologique.

  • 1  Hexagramme 11 Prospérité                             zodiaque_picart_le_doux
  • Hexagramme 19 Approcher
  • 3  Hexagramme 24 Retour
  • 4  Hexagramme 2 Elan réceptif
  • Hexagramme 23 Usure
  • 6  Hexagramme 20 Regarder
  • 7  Hexagramme 12 Adversité
  • 8  Hexagramme 33 Faire retraite
  • 9  Hexagramme 44 Etre accueillant
  • 10  Hexagramme 1 Elan créatif
  • 11  Hexagramme 43 Se montrer résolu
  • 12  Hexagramme 34 Grand force

Il s’agit avec ce nouveau regard porté sur le Zodiaque par le biais du Yi-Jing, ouvrage traditionnel chinois, de comprendre comment la croissance ou le déclin de l’hexagramme 1 : Elan créatif  et de l’hexagramme 2 : Elan réceptif vont s’exprimer par des attitudes psychologiques tenant compte du phénomène de croissance du jour ou de déclin de la nuit d’une part, de croissance de la nuit et de déclin du jour, d’autre part.

Prenons pour départ de ces phénomènes non pas l’équinoxe de printemps du 0° du Bélier mais l’époque du solstice d’hiver, du grand Yin et de l’hexagramme 2, composé de 6 traits brisés.

hexagramme-n-2-3572614ohoiz_2041

Nous sommes en décembre- janvier. L’obscurité est à son maximum et l’énergie se concentre au fond de la terre. L’inhibition domine ainsi que la lente capacité à mener à terme que l’on retrouve dans le signe solsticial du Capricorne et qui se traduit par la persévérance, l’obstination silencieuse, une ambition concentrée sur des objectifs à long terme atteint laborieusement. Mais trop de Yin, trop de nuit conduisent à se fermer aux autres, à la nouveauté, à l’imprévu, à la Vie et à sombrer dans le pessimisme et l’apathie. Le sombre Saturne, planète interprète du signe montre son triste visage et fait vieillir avant l’heure, les corps et les âmes. Néanmoins, Elan réceptif est au plus fort de l’hiver, épaisseur nourricière préparant toute renaissance et l’énergie réalisatrice et stratégique de la planète Mars,   « exaltée » dans ce signe hivernal, prépare et concentre une victoire qui jaillira au printemps.

sans-titre (20)

Un trait Yang s’est introduit dans l’hexagramme 24 (qui se lit de bas en haut). Nous sommes dans la période de l’année qui suit le solstice d’hiver, janvier-février. Le jour reprend un mouvement de croissance mais la forte prédominance du Yin rend hésitant et ambigu ce moment de passage. L’idéogramme comporte une idée de mouvement, un mouvement de renouveau. Le pôle nettement Yin de forces qui convergent vers le bas, vers l’intérieur rencontrent un mouvement de redémarrage qui demande à être accompagné et protégé. Le trigramme Tchen, le tonnerre (trois traits du bas), est mouvement, impatience, pourtant il s’agit d’économiser ses énergies pour renforcer le renouveau à l’œuvre. Le Verseau a pour premier maître Saturne comme le Capricorne, qui nous rappelle que l’heure est encore à la rigueur mais l’espérance de la lumière est bien présente ainsi que l’émergence d’un monde futur, d’un renouveau, d’un progrès porté par les énergies du second maître du signe Uranus. Le mouvement du renouveau est à l’œuvre dans le Verseau, il doit s’accomplir dans le respect du temps de la gestation. Ce renouveau se fait dans un esprit de solidarité et d’amitié avec ceux et celles qu’un même souffle anime.

sans-titre (2)

Il y a maintenant deux traits Yang dans le trigramme inférieur, c’est l’hexagramme 19 : Approcher. Début février, début mars, l’augmentation de la durée du jour se fait plus sensible. Les traits yang occupent le tiers de l’hexagramme. Approcher c’est se pencher avec délicatesse et bienveillance sur ce qui commence pour l’aider à grandir comme les quatre traits yin supérieurs se penchent sur cette nouvelle exubérance des traits yang inférieurs. Le règne de la nuit va cesser et le douzième signe des Poissons termine le cycle zodiacal commencé au Bélier, ce qui sensibilise le douzième signe à la fin des choses, mort et renaissance se côtoient dans des états d’âmes flous et ambivalents. La nuit encore très présente intravertit le signe mais aussi le resserre ou le dilate, prisonnier d’un espace ou aspirant à l’infini de l’océan ou de la mystique neptunienne.

sans-titre (4)

Hexagramme 11, Prospérité. Voici la fluidité printanière représentée par l’équilibre des forces Yin et Yang qui s’épousent favorisant l’expansion de tout ce qui pousse. Nous sommes dans la période de l’équinoxe de Printemps, début mars-début avril, la dynamique est tendue vers l’été. Tout se met en mouvement, l’atmosphère est enivrante. Le trigramme (trois traits) de la terre est en haut, celui du ciel en bas, le Yang est en position de service il garde sa fonction de guide mais sans domination. On retrouve cette poussé exubérante dans le premier signe du zodiaque, le Bélier, dans son besoin de dépenser son énergie dans l’instant et de répondre avec fougue à toute sollicitation. Vivre comme le Bélier une situation de printemps, c’est être habité par un mouvement puissant dont on ne maîtrise pas le déroulement. C’est aussi bénéficier d’un élan vital fait de fraicheur et de renouvellement. Le Bélier est solaire mais aussi martien et Mars interprète du signe, tend à rapprocher ce dernier de l’hexagramme suivant : 34 Grand Force

sans-titre (6)

En effet cet hexagramme invite à une maîtrise de l’énergie en présence. Une puissance demande à être exprimée mais elle doit être canalisée pour ne pas devenir blessante. L’emblème de Grand Force est un animal : le bélier. Cet hexagramme correspond à la période fin avril-fin mai où le printemps a atteint sa plénitude. Il s’agit ici de ne pas confondre force et puissance. Accompagner la puissance du Yang, demande une grande capacité à endurer, à tenir sans relâche aptitudes que le signe du Taureau possède naturellement sauf indications individuelles contraires. La sensuelle Vénus est interprète du signe et la Lune féconde y trouve son exaltation. Lisons Schiller, dans sa poésie: Les Sages : «Pendant que la philosophie soutient l’édifice du monde, la faim et l’amour en forment les rouages.» L’instinct oral du signe ainsi que sa puissance génésique sont des rouages dont le bon fonctionnement et la juste orientation donnent au signe toute sa puissance vitale enracinée dans le concret.

sans-titre (8)

Voici l’hexagramme 43 : se montrer résolu associé à la période de l’avant solstice, début mai-début juin, moment de pleine montée de la sève. Un bloc de traits yang est surmonté d’un seul trait Yin qui forme une trouée. Se montrer résolu c’est résoudre une tension créée par une accumulation d’énergie qui risque de déborder. Comment résoudre cette tension ? En s’exprimant de manière déterminée avec fermeté et adresse. La parole s’avère importante dans cette situation. L’idéogramme représente une main tenant une petite latte de bois comportant des encoches et que l’on  séparait en deux comme symbole d’un contrat entre deux parties. Le rapprochement ultérieur des deux parties correspondantes témoignait de l’engagement. Echange, dialogue, langage, négociation font écho au signe des Gémeaux. Le trigramme du bas, le ciel, celui du haut la brume. Alliance dangereuse de la force et de la facilité. Risque de hauteur, d’emportement.

sans-titre (21)

Voici arrivé le plein déploiement des qualités Yang, Hexagramme 1 : Elan créateur culmination de la lumière au moment de l’équinoxe d’été. Mais cet hexagramme puissant n’a aucune suprématie sur les autres et son insuffisance réside dans le manque des qualités Yin d’endurance, de capacité à mener à terme, c’est pour cette raison que le texte qui l’accompagne conseille de tenir sans relâche car aucun élan Yang ne peut aboutir sans la fécondité matricielle du Yin, fécondité que notre Zodiaque attribue au signe du Cancer. Placé neuf mois avant celui du Bélier qui est naissance printanière, le Cancer est symbole de conception, de gestation, de matrice protectrice. Placé au seuil de cette porte solsticiale, il porte en lui les énergies de vie et la force de l’élan créatif mais aussi la capacité d’accueil qui permet de donner racine à tout essor. La générosité des valeurs Jupitériennes (planète exaltée dans le signe)  déploient et amplifient la fécondité de la Lune interprète du signe.

hexagramme-n-44-3573842hhsqm_2041

Nous sommes avec l’hexagramme suivant : 44 Etre accueillant dans un symétrique à celui de l’hexagramme 24 Retour (vois plus haut) Alors que dans ce dernier, un trait Yang  faisait retour dans l’hexagramme 2 : Elan réceptif, maintenant, c’est un trait Yin qui demande à être accueilli dans l’Hexagramme 1 : Elan créatif car après la culmination du jour, la nuit recommence à croître.

En juillet le soleil flamboie encore et dissimule à notre regard le retour des forces de la nuit. Les chinois qui pensent les saisons différemment (il y a cinq saisons ou plutôt 5 mouvements en médecine chinoise) savent que le plein été s’achève le 27 juillet. La présence des énergies Yang qui ont encore la suprématie s’expriment dans la créativité et l’autorité du signe solaire du Lion. Rester fixé sur un sommet atteint, un prestige et un rayonnement gagnés de haute lutte ne peut conduire qu’à l’orgueil et à l’isolement. Accepter les valeurs de souplesse et d’accueil de l’autre, permet une concentration et une régulation de la force propices à la réalisation d’un idéal généreux empreint de spiritualité

L’hexagramme suivant 33 se nomme : Faire retraite et indique une stratégie de recul qui permet à long terme de se renforcer.

hexagramme-n-33-3572820jnxoi_2041

Il décrit le recul du jour au mois d’août, la nature est encore épanouie mais cache un renversement d’énergie. Il s’agit de se retirer de ce qui a été réalisé et avec endurance et souplesse d’améliorer par petites touches un état de choses existant. Retenir, contrôler, discipliner, maîtriser sont autant de tendances caractéristiques du signe de la Vierge. Sensible à sa propre vulnérabilité comme à la défaite du jour qui, déclinant indéniablement, va bientôt laisser une plus large place à la nuit, le signe se protège de l’envahissement de forces inconscientes et irrationnelles que symbolise cette dernière.

Nous voici à l’équinoxe d’automne et je vous invite à comparer l’hexagramme de l’équinoxe de printemps (Prospérité) et le suivant : hexagramme 12 Adversité.

hexagramme-n-12-3572679woucz_2041

C’est le blocage automnal. Les 3 traits Yang en haut  se détachent de plus en plus tandis que les traits Yin s’accumulent vers le bas. Les deux énergies ne communiquent pas. La nature se retire, les valeurs individuelles cèdent le pas aux valeurs collectives. Au cœur de l‘automne, il y a néanmoins l’avancée progressive de rythmes temporels qui se renouvellent perpétuellement. Saturne exalté dans le signe de la Balance au côté de Vénus dans son domicile, témoigne de moments de recul nécessaires au grand retour de la joie. Ce moment de déclin doit être mis à profit pour resserrer les forces intérieures mais aussi pour changer son regard. Regarder est le nom de l’hexagramme suivant 20.

sans-titre (16)

Les traits Yang sont concentrés en haut de l’hexagramme ressemblant à ces pagodons que l’on trouve dans les paysages chinois, c’est aussi une porte à franchir pour changer son point de vue. Avec cet hexagramme il nous est demandé de remettre en question notre façon habituelle de considérer les êtres et les situations que nous rencontrons. C’est un moment de bilan où l’on prend du recul sur ce qui a été accompli car le Yin va croître encore amenant l’hexagramme 23 suivant : Usure.

hexagramme-n-23-3572721gcefc_2041

Le Yin occupe la presque totalité de la figure, il ne reste plus qu’un trait lumineux au sommet. Il s’agit de restaurer ses forces, le but étant de tenir quelles que soient les circonstances. L’idéogramme correspondant à Usure représente l’action saisonnière d’élagage des arbres, il se fait branche après branche, c’est une usure jusqu’à la corde habitée par l’angoisse que le dernier brin ne casse et que l’arbre ne puisse pas reprendre. L’idéogramme est associé à des verbes tels que : dépouiller, blesser, nuire, déchoir etc, tonalités sombres et de destruction, associées au signe du Scorpion. Néanmoins cachées au fond de cette usure hivernale qui va atteindre son plein déploiement dans l’hexagramme suivant : Elan réceptif (voir plus haut), il y a la renaissance des cycles à venir. Le trigramme de la Montagne en position dominante, symbolise hauteur, rigueur mais aussi générosité de la Terre, trigramme inférieur, dont elle émane. Telle la flèche du Sagittaire tendue vers le Ciel, elle reste orientée vers la puissance de création et d’expansion que le Yang ne tardera pas à générer une fois le grand cycle accompli.

taichi-jiu-jitsu

Ce contenu a été publié dans Yi-Jing. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *