Les clés de notre personnalité ouvrent ou ferment notre compréhension.

Polémique, conflit, aversion, incompatibilité, querelle, rupture, animosité, incompréhension…. autant de mots et de maux qui affectent nos relations aux autres. Mais la solution n’est-elle pas au fond de nous mêmes, dans le développement de ce que nous ne reconnaissons pas encore comme nôtre.

Les 4 cavaliers de l’apocalypse

Nos préférences psychologiques

Dans le terme d’ « attitude », nous sommes à la limite entre le biologique et le psychologique, une propension profonde nous poussant à agir de telle ou telle manière, si profonde qu’elle serait  inscrite dans notre système nerveux dès l’origine puis façonnée par l’éducation, le milieu de vie, la société dans son ensemble et les expériences vécues. De la même manière notre thème astral est un reflet de nos propensions constitutionnelles qui seront elles aussi façonnées par notre milieu de vie.

De même que nous contenons en nous tous les signes du zodiaque, nous disposons de toutes les dimensions dont il va être question mais nous en préférons certaines qui de ce fait vont créer les reliefs psychologiques qui nous différencient des autres mais sont aussi la cause essentielle de nos incompréhensions et de nos conflits.

Deux pôles opposés ou attitudes s’affrontent qui concernent l’orientation de notre psyché soit vers le dehors soit vers le dedans : extraversion et introversion. L’extraverti et l’introverti s »entendent » mal , l’un agissant avant de réfléchir et l’autre ayant besoin de murir son action, l’un se lançant dans des discussions sans fin et l’autre préférant le silence. Ce sont les excès dans une des ces deux orientations qui conduisent au conflit et à la pathologie. Bavardage, superficialité, logorrhée d’un côté ; timidité paralysante, inhibition et retrait social de l’autre.

Les 4 vivants

Les 4 vivants

Le Lion, le Taureau, l’Homme et l’Aigle, l’origine astrale de ces symboles renvoie aux 4 constellations diamétralement opposées de la cosmologie babylonienne.

Outre ces orientations en sens opposés, introversion-extraversion, C G Jung a défini 4 dimensions cardinales scindées en deux groupes :

  Les fonctions de perception : la sensation et l’intuition

  Les fonctions de jugement ou de prises de décision : la pensée et le sentiment

  • Sensation

 C’est la perception aigüe de tout ce qui passe par les sens, l’écoute de toutes les manifestations de l’organisme, la perception du réel.

  • Intuition

C’est l’absence du monde réel et de son propre corps, les perceptions ne servant qu’à lancer l’imagination à la poursuite de mille possibilités.

  • Pensée

C’est penser avec ses idées. Logique et méthodique, on ne se laisse pas influencer par son sentiment et son entourage.

  • Sentiment

C’est régler sa conduite en vertu de ce qu’on  ressent comme bon ou mauvais, agréable ou désagréable et dans le souvenir d’états d’âme et de perceptions passées.

– La sensation et l’intuition donnent lieu aux incompréhensions réciproques les plus profondes parce qu’elles sont les lunettes que nous chaussons pour regarder le monde et ont pour conséquence nos divergences de point de vue.  Elles sont irrationnelles, non réfléchies.

Un excès de la fonction sensation conduit à une hypertrophie de l’observation, un enkystement dans une routine bureaucratique, au détriment de l’imagination créatrice de  nouvelles perspectives.

Un excès de la fonction intuition mène à l’ignorance des contingences matérielles, à une pléthore d’idées qui n’arriveront jamais à se concrétiser.

 -La pensée et le sentiment sont des fonctions rationnelles. Elles portent des jugements de valeur : bien ou mal, vrai ou faux.

Un excès de la fonction pensée risque la froideur, la critique caustique, l’excès de logique et la négligence des sentiments d’autrui.

Un excès de la fonction sentiment conduit à un débordement émotionnel. Pour éviter à tout prix le conflit, on devient l’otage de l’autre.

La combinaison des 4 fonctions et des deux orientations (extravertie et introvertie) donne 8 fonctions:

sensation introvertie-sensation extravertie

intuition introvertie-intuition extravertie

pensée introvertie-pensée extravertie

sentiment extraverti-sentiment extraverti

Les 4 fonctions existent en chacun de nous mais se combinent de manière différente.

La fonction dominante est celle autour de laquelle s’organise notre personnalité. Elle est, pour des raisons d’adaptation,  la première à se différencier au cours de notre vie, elle organise nos réactions. Elle est la plus consciente de toutes les fonctions et organise le Moi, lui donne force et consistance. Elle est soit introvertie soit extravertie. Comme son nom le suggère elle peut dominer, envahir toute la personnalité, enfler l’ego et servir la volonté de puissance.

La fonction auxiliaire sert de contrepoids à la fonction dominante c’est à dire que si cette dernière est une fonction de perception (sensation ou intuition) la fonction auxiliaire sera une fonction de jugement ( pensée ou sentiment) et si la fonction dominante est extravertie, la fonction auxiliaire sera introvertie.

La fonction tertiaire se situe dans cette zone de notre personnalité que Jung a appelé l’ombre.Elle est plus inconsciente que la fonction auxiliaire. Elle est le pôle opposé de la fonction auxiliaire mais sur la même dimension c’est à dire que si l’auxiliaire est sensation, la tertiaire sera l’intuition (même dimension : perception) et si l’auxiliaire est le sentiment, la tertiaire sera…. (à vous de jouer…) Là encore si l’auxiliaire est introvertie, la tertiaire sera extravertie et vice versa.

La fonction inférieure est le pôle opposé de la fonction dominante sur la même dimension et complémentaire en ce qui concerne l’attitude extraversion introversion. Par exemple : si la fonction dominante est l’intuition introvertie, la fonction inférieure est la sensation extravertie (même dimension de perception. Si la fonction dominante est le sentiment extraverti la fonction inférieure sera… (à vous de jouer). La fonction inférieure est la plus difficile et la plus inconsciente. Elle se situe elle aussi dans l’ombre. Elle est notre talon d’Achille, notre point vulnérable qui déclenche des réactions émotionnelles fortes car elle est le canal par lequel l‘inconscient refoulé refait surface de manière inattendue et explosive. Paradoxalement c’est pourtant cette fonction inférieure une fois reconnue qui va nous permettre de nous développer et d’accomplir ce que Jung appelait l’individuation.

Voici un schéma qui illustre la structure évoquée :

imagesCAOHDYOT

Croix des fonctions

Animées par la volonté de puissance, ces 4 fonctions vont causer des conflits internes et externes.

La dimension sensorielle exacerbée ou négligée peut entrainer des perversions, des excès sexuels, des addictions, des troubles psychosomatiques. La dimension intuitive pervertie peut conduire à des illuminations, à des hallucinations pathologiques ou des projets mirifiques, mégalomaniaques. La dimension sentimentale en excès donne de la jalousie, de la domination affective, de la dépendance. La dimension pensée, démesurée conduit à la dictature intellectuelle, à l’intransigeance, à l’intolérance.

Désertée par la force du coeur, la libido dans sa quadruple expression, intellectuelle sentimentale, sensorielle et intuitive, perd son axe, son centre. Elle se répand sans limites et s’emballe.

Les 4 chevaux de l'Apocalypse

Les 4 chevaux de l’Apocalypse

L’étude approfondie d’un thème astral permet de repérer ces fonctions et leur jeu dialectique.  S’y ajoute  le clavier septénaire des planètes traditionnelles associées aux 7 lieux de notre corps qui en relation avec notre psychisme vont exprimer notre subjectivité, nos souffrances comme des sceaux fermés qu’il s’agit d’ouvrir pour y laisser entrer la conscience.

 Voici quelques accords  sur ce clavier symbolique :

La sensation extravertie  qui a besoin de réalités palpables, se rapproche du signe du Taureau, des Gémeaux, du Cancer avec dominante Jupiter, de la Balance dans ses aspects vénusiens. La dominante terre est privilégiée.

La sensation introvertie qui est soucieux de sa santé, esthète exigeant et amoureux de la perfection est en résonance avec le Cancer, le Taureau lent et concret, la Vierge soigneuse et méticuleuse, le Lion et son goût du beau.

L’intuition extravertie qui se représente non pas ce qui existe mais ce qui devrait exister, explorateur de l’inconnu, inventeur, philosophe évoque le signe du Verseau ou du Sagittaire, une maison 9 valorisée, un Neptune fort, une Lune puissante tous deux en bon aspect avec Mercure, ce dernier en aspect avec Uranus également.

L’intuition introvertie, mystique, visionnaire ou rêveur halluciné, artiste original et fantasque, dépourvu de sens pratique, peu soucieux de son corps qui lui rend la pareille, Neptune, Poissons, Lune valorisée, Mercure faible et carence de signes de terre.

La pensée extravertie organise, administre, construit. Jupiter et Saturne s’harmonisent avec un Mercure fort et les signes du Capricorne de la Vierge, des Gémeaux stabilisés par Saturne, du  Sagittaire également. Mars est présent, la Lune et Neptune beaucoup moins actifs.

La pensée introvertie : Philosophe mais systématique, dogmatique, profond mais intransigeant, suscite l’estime mais pas l’amour. Capricorne, Saturne, Uranus valorisés,  Mercure et Mars en aspect de Saturne et d’Uranus, Signes intellectuels, Gémeaux, Vierge, Sagittaire.

Le sentiment extraverti: Chaleureux, accueillant, craignant la solitude comme tous les extravertis, riche en sentiment mais pauvre en idées personnelles. Bélier, Balance, Vénus valorisés, Gémeaux, Jupiter présent mais retrait de Mercure, Saturne.

Le sentiment introverti : Subjectif et susceptible, sourdement tyrannique, s’isole du monde et s’attache à un seul être jusqu’au sacrifice. Cancer, Poissons, Balance avec Saturne dominant, aspects entre Vénus et Saturne, Lune et Saturne. Affliction de Mercure.

Nous avons besoins de ces quatre fonctions pour nous repérer dans le monde  au milieu de nos semblables. Nos vies s’enrichissent des interactions avec  ce qui nous est étranger. Si pendant toute une période de notre vie, adolescence et début de l’âge adulte, nous sommes amenés à renforcer notre moi et donc notre fonction dominante secondée par notre fonction auxiliaire et tertiaire, afin de faire notre place dans l’existence, la quarantaine est le moment d’une « metanoïa », quelque chose qui se manifeste « au delà de nous » par une crise majeure, une « apocalypse » (dévoilement de ce qui est caché) personnelle. Il faut alors repérer en nous ce qui n’a pas été développé (la fonction inférieure), ce qui reste dans le sombre, le dévoiler, l’amener à la lumière. C’est grâce à la plénitude des quatre fonctions orientées vers le centre, le coeur, que nous atteignons la sagesse et la paix. Ceci est valable pour l’humanité dans son ensemble. Accomplir sans cesse ce chemin dans notre intimité c’est aussi l’accomplir pour l’autre dans un  mouvement de compassion.

Ce contenu a été publié dans Penser l'Astrologie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *