ODILON REDON né le 20 avril 1840 à Bordeaux

 

Odilon Redon

Thème astral d’Odilon Redon

ARNAUDDEVILLENEUVE

Juin 1900. Je viens de quitter l’université de Montpellier après y avoir passé plusieurs mois à étudier le passé brillant de cette ville qui au 12è siècle a pu réunir dans l’harmonie les trois grandes civilisations, chrétienne, juive et arabe, permettant un échange fructueux et paisible entres savants et artistes.  Mes racines paternelles sont dans ce bas Languedoc, dans cette ville où le célèbre Astrologue, Arnaud de Villeneuve subjugua par ses connaissances  un public venu de l’Europe entière. Je repars chargée de livres qui vont me permettre de poursuivre ma réflexion sur cette science qui me fascine et dont je voudrais connaître tous les rouages.

Je prendrai le train en gare de Montpellier pour rejoindre Perpignan ma ville natale. Je descendrai à Narbonne. Quelques instants de flânerie place de la Comédie avant de rejoindre la gare, j’y croise des militaires mais surtout des étudiants à peine rentrés de soirées festives. Rue de la Loge, je les vois disparaître dans le tramway.

Me voilà installée dans mon compartiment, ravie d’y être seule car je vais pouvoir avancer dans mes lectures. Ma solitude sera de courte durée, un Monsieur fort élégant, d’une soixantaine d’années, vient de prendre place en face de moi. Il me salue aimablement, pose son chapeau à côté de lui et tire un carnet noir de sa valise. Le paysage commence à défiler lentement et tandis qu’il griffonne quelques notes, je le vois tourner son regard vers l’extérieur puis le ramener vers moi avec curiosité.

-« Permettez moi de vous demander ce que vous lisez Madame, je vois que vous avez de nombreux documents ? »

-«  Je travaille sur Arnaud de Villeneuve, Monsieur.  Je m’intéresse à l’Astrologie et j’en ai expérimenté la pertinence en interprétant de nombreux thèmes de naissance dont je recueille les coordonnées auprès des mairies de France». Je lis l’étonnement dans les yeux de mon interlocuteur qui se présente alors :

-« Je m’appelle Odilon Redon. Je suis artiste peintre et graveur et je me rends à l’abbaye de Fontfroide où le Baron Robert de Domecy m’a confié la réalisation d’un décor mural pour sa bibliothèque ». J’étais hier à Paris à la Galerie Durand Ruel qui vient de consacrer une exposition à mes œuvres anciennes et récentes. »

Odilon Redon ! Je reste sans voix, son travail me passionne tant depuis que je l’ai découvert il y a plus de 10 ans, que j’ai érigé son thème astral et voilà que cet artiste si singulier est assis en face de moi. J’ai souvenir de la position des planètes le jour de sa naissance, l’Ascendant est dans l’émotif Cancer, le Soleil dans le terrien Taureau. Tandis que je collecte dans ma mémoire tous les points forts de ce thème astral, mon compagnon de route poursuit :

– « Je n’aime pas les voyages, je les considère comme dangereux pour un artiste ; Je suis attaché à mon terroir, à ma famille ….Je suis stagnant »

Je pense  à la fixité du Taureau mais aussi à l’Ascendant Cancer et même si la Lune est en Sagittaire, c’est dans la création, la maison 5, et à la recherche d’une  intériorité issue de l’imaginaire, que le peintre à réalisé son voyage. En effet, la Lune nourrie par l’envergure et la curiosité de Jupiter en Scorpion va à la rencontre de Saturne en Sagittaire qui cristallise et approfondit les connaissances structurant l’inspiration du peintre. Et je poursuis :-  » j’étais à l’exposition universelle il y a deux mois et j’ai pu y admirer trois de vos lithographies et un merveilleux dessin de vous intitulé Yeux clos mais ce sont vos « noirs » que j’ai eu le privilège de découvrir à La vie Moderne à Paris, qui me fascinent et m’intriguent à la fois.

redon-vision

L’oeil

-« Alors vous y avez certainement vu « l’œil » ?

-« J’y étais attirée par les œuvres impressionnistes mais il est vrai que vos fusains on été pour moi une révélation. »

-« Vous m’en voyez agréablement surpris, chère Madame, car le public leur a préféré les joues roses des paysannes de Breton ou de Bastien-Lepage.

-« Je trouve dans vos œuvres tant de connotations ésotériques qui ne sont pas étrangères à  mon travail sur Arnaud de Villeneuve. Le grand œuvre alchimique ne commence t-il pas dans la Materia Prima  par un travail sur le Noir, le chaos primordial ? » Je retrouve ce thème dans le soleil noir de votre œuvre intitulée : » Le Noyé ».

Le Noyé, 1884

Le noyé 1884

-« Tout se fait par la soumission docile à la venue de l’inconscient », poursuit-il tandis que je pense à nouveau au signe ascendant et au trigone d’eau,  qui  relie harmonieusement Jupiter dans l’ésotérique Scorpion à l’inventif  Uranus dans le signe des Poissons ouvrant son imagination créative vers des mondes océaniques inédits.

 L’inconscient, dites vous ? J’avoue n’ avoir jamais entendu ce mot. Le grand œuvre alchimique et ses étapes successives  évoque selon moi  la transformation de notre psychisme et il y a dans la mythologie tant de récits qui parlent à notre âme et la guident vers la lumière. »

– L’inconscient est un concept récent que  nous  devons au philosophe Eduard Von Hartmann auteur de   Philosophie de l’inconscient paru il y a une vingtaine d’années.

Le silence qui suit  me paraît en dire long sur son refus de  dévoiler les ressorts intimes de son œuvre mais l’échange reprend  me permettant de mesurer l’étendue des connaissances d’Odilon Redon. Je comprends combien son travail s’est nourri de lectures, de rencontres avec les plus brillants écrivains et musiciens  de son temps. Je vois dans la position des nœuds lunaires occupant l’axe de la pensée, au trigone de Mars qui maîtrise Mercure conjoint à Vénus dans le Bélier mais aussi Jupiter en Scorpion, l’intensité de cette pensée singulière qui s’exprime dans la peinture et la gravure mais aurait pu le faire tout aussi magistralement dans l’écriture. Je suis impatiente d’en connaître la source. Il semble avoir entendu ma question avant même que je ne la formule.

-« Je suis fasciné par la science naissante, l’évolutionnisme de Darwin, les thèses de Lamarck, les découvertes de Pasteur. Je dois énormément à mon ami botaniste Armand Clavaud, il a ouvert mon esprit à la science mais aussi à la littérature. Regardez mes têtards, mes araignées, mes monstres, ils ont des traits humains. Clavaud a consacré sa vie à chercher les liens entre le monde animal et végétal, mon œuvre est en résonance avec ses idées. Pourtant je pensais déjà dans ma jeunesse que le beau et le bien sont au ciel. La science est sur la terre ; elle rampe. »

tetard

Têtard

Je me souviens de « Cellule », profil d’enfant évoquant l’être humain en devenir, croissant lunaire symbole des rythmes biologiques mais aussi métaphore de l’art d’Odilon Redon. Je me souviens de « Têtard » avec sa tête anthropoïde et ses oreilles pointues.

 

Odilon Redon

Cellule

-« On est homme ou femme de son temps….. Je me demande si les planètes lointaines, Uranus et Neptune qu’on appelle trans saturniennes et que le télescope  a permis de repérer récemment ne seraient pas en résonance intime avec l’artiste, plus sensible, medium par nature. Il serait alors comme investi d’une mission, celle de porter ses contemporains vers une évolution, un progrès, une connaissance plus profonde d’eux-mêmes. (Le Milieu du ciel de Redon n’est t-il pas encadré par Uranus et Vénus ?)

 Son regard s’assombrit : «  L’artiste vient à la vie pour un accomplissement qui est mystérieux. Il est un accident. Rien ne l’attend dans le monde social. »

-« La reconnaissance de votre œuvre tarde à venir mais la vie est cycles et depuis quelques années  votre création prend un nouvel élan notamment en raison d’un lunaison qui éclaire l’axe Gémeaux Sagittaire et votre Saturne natal, soutenue par Uranus en Scorpion au trigone d’Uranus natal en Poissons mais aussi par Neptune qui transite sur Vénus et Mars progressant en Gémeaux et formant un bel aspect à votre Neptune natal en Verseau. Les ombres vont faire place aux couleurs et votre séjour à Fontfroide ouvre grand une nouvelle page pour votre talent.

Je pose ces perspectives tandis que s’annonce la gare de Narbonne et le moment de quitter Odilon Redon. Je lui  promets d’aller un jour à l’abbaye de Fontfroide pour admirer les fresques qu’il va y réaliser.

Ses dernières paroles résonnent en moi comme une promesse pour ma propre existence, comme une signature pour la sienne :

-« Mon vœu de joie, seulement, serait de voir un monde qui ne se battrait plus que pour s’accroître dans sa vie ; qui n’envahirait plus que par admiration ou par pitié ; et dont les projectiles seraient les fruits de la terre, les meilleurs et les plus sacrés, tous les produits humains ou divins, et aussi des livres d’art, de pensée, de portée, de science ou de bonté, c’est tout un. »

Nous sommes à l’aube du 20è siècle ………………

Ce contenu a été publié dans Mes rendez-vous imaginaires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *