Quatuor pour un seul signe : La Balance . Denis Diderot

Denis Diderot

Denis Diderot naît à Langres le 5 octobre 1713. Deux ans plus tard, c’est la fin du règne de Louis XIV et l’orée d’une longue période qui jusqu’à la Révolution française exaltera la raison, la science, la diffusion des connaissances, la lutte contre les injustices et la confiance dans le progrès. « Le siècle des Lumières, siècle un, profondément, mais combien divers. La raison éclaire tous les hommes, elle est la lumière ou plus précisément, ne s’agissant pas d’un rayon mais d’un faisceau, les Lumières. (Albert Soboul).

Ce faisceau se déploie en Europe, The Enlightenment au royaume uni, Die aufklarung en Allemagne, les Lumières en France, réunissant avec des nuances différentes une brassée d’esprits brillants dont  Denis Diderot,  maître d’œuvre de l’Encyclopédie, ouvrage magistral auquel il consacrera, contre vents et marées, plus de vingt ans de son existence, accompagné dans cette aventure par deux cent collaborateurs parmi lesquels Jean Le Rond d’Alembert, le baron d’Holbach, le chevalier Louis de Jaucourt, Jean Jacques Rousseau, Voltaire…

Le signe des Poissons occupe l’horizon oriental au moment de la naissance de Diderot. Langres est un évêché puissant, l’entourage est religieux, oncle chanoine, frère prêtre, sœur religieuse. Diderot étudie au collège jésuite de sa ville natale et  reçoit la tonsure à 13 ans puis accomplit un cycle complet de théologie à la Sorbonne.  Jupiter maître de l’Ascendant est astre de religion, le secteur 9 qui lui est dédié est situé dans le neuvième signe, le Sagittaire et occupé par Mars, renforçant très tôt la combativité intellectuelle de Diderot contre le pouvoir clérical et contre tous les préjugés. Au carré de son maître Jupiter, Mars affirmera son élan audacieux, non conformiste, bravant la Loi, affrontant des ennemis sournois, au risque de perdre la liberté. Jupiter en secteur 12, maître du secteur 9 pointe sur l’origine philosophique  des conflits  avec les jésuites, avec les autorités politiques et sur l’incarcération dans le donjon de Vincennes en 1749, au moment du retour cyclique de Jupiter tandis que  Saturne jette son ombre sur le Soleil progressé en Scorpion. Motif de cet enfermement ? La « Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient » dans laquelle Diderot affirme son athéisme et avance que la morale est liée à la sensibilité individuelle et par conséquent ne peut prétendre à l’universalité. Le Soleil entre Mercure et Mars, met en sourdine l’aspect conciliant de la Balance et expose le philosophe à des réactions et des haines violentes parce qu’il manque de souplesse et aime la polémique. Toutefois Jupiter bien situé dans son domicile, le signe des Poissons, adoucira les épreuves et les transformera en énergie pour mener à maturité la tâche intellectuelle colossale que représente la rédaction d’un ouvrage aussi complet que l’Encyclopédie. Jupiter maître du Zénith en Sagittaire, situé en secteur 12, ne permet pas une expansion  sociale rapide et sème la vie de Diderot d’épreuves, de sacrifices, de privations mais aussi de problèmes avec la Loi en relation avec l’aspect conflictuel entre Mars maître du Bélier intercepté en secteur 1,  maître du Scorpion sur la pointe du secteur 8 et Jupiter prisonnier du secteur 12 à l’opposition de Saturne en secteur 6. Pourtant, Mars et Jupiter encadrant un Zénith en Sagittaire, révèlent un Diderot déterminé à porter au plus haut un idéal philosophique de manière méthodique et infatigable.

Le Soleil est dans le septième signe, la Balance, en secteur 7 il met l’accent sur les associations, collaborations, les engagements et contrats et sur le mariage. Vénus en secteur 6, attaché aux moyens de subsistance, va au carré de Mars, Vénus est aussi maître du Taureau en secteur 2 attribué à l’argent, cette configuration présageant des difficultés domestiques et financières  lancinantes. Justifiées par la négligence et les liaisons nombreuses du philosophe, les querelles conjugales seront néanmoins apaisées par l’attitude de Diderot compréhensif et dévoué envers Nanette tellement indifférente à sa vie intellectuelle. Trois enfants  naîtront d’abord de cet attelage tumultueux, ils mourront en bas âge,  puis viendra en 1753 une fille, Marie Angélique : « Je suis fou de ma petite fille ! Ah, mon ami, le joli caractère, la jolie âme ! Quelle femme on ferait de cet enfant si la mère le permettait. ». (Denis Diderot). Lorsque Nanette aura des problèmes de santé, Diderot pourra se consacrer à l’éducation de sa fille. La Lune est dans le signe affectif du Taureau maître du secteur 5 (Les enfants, l’éducation) et fait un trigone à Vénus.

Parmi ces femmes, amies ou maîtresses, chères à Diderot la préférée est Louise Henriette Volland rencontrée en 1755. Il la prénommera Sophie (Sagesse) car c’est la muse parfaite, intelligente confidente, intéressée par la science et la philosophie, l’alter ego dont il rêvait, enclin par son signe de naissance, la Balance, à chercher un contre poids fécond pour mieux exprimer sa pensée et la formuler brillamment. Il dit à son sujet : « Elle a de l’esprit comme un démon ». La Lune de l’un et de l’autre sont conjointes, Le Soleil de Sophie est à 5 degrés du Sagittaire sur Mars de Diderot  tandis que Vénus dans le thème de Sophie est à 19 degrés de la Balance sur le Soleil de Diderot, ces conjonctions reflètent pertinemment l’harmonie de pensées et de cœur qui ne cessera d’animer l’échange épistolaire entre ces deux êtres souvent séparés l’un de l’autre.

A suivre…

Ce contenu a été publié dans Quatuor pour un seul signe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *