Quatuor pour un seul signe : la Balance – Les frères Lumière

Auguste et Louis Lumière

Une vie fraternelle sous un même aptonyme prédestiné : Lumière.  Les deux plateaux d’une même balance oscillant harmonieusement dans le partage et la complicité vers un but commun scellé à l’adolescence en un lieu magique : La Goule aux fées.

Auguste  naît le 19 octobre 1862, Louis deux ans plus tard, le 5 octobre, tous deux sous un Soleil en Balance, position équinoxiale où l’astre dit  en « chute », diminue les revendications égotiques pour mieux s’orienter vers la réalisation avec l’autre, avec les autres, dans un esprit  de concorde.  Ils ont 14 et 12 ans lorsque leur père photographe à Lyon les emmène voir la mer et leur confie son matériel. Dans une grotte obscure et magique, la Goule aux fées, les deux frères vont réaliser leurs premières prises de vues maladroites, se jurer de travailler ensemble et de partager le fruit de leurs créations.

Leur père Antoine a plusieurs cordes à son arc, il cumule des talents de peintre, de photographe, d’architecte, de commerçant, il chante, entreprend et mène ses affaires tambour battant, se construit une réputation solide dans les portraits photographiques réalisés dans un studio au rez-de- chaussée d’un petit immeuble qu’il se fait construire rue de la Barre et qui devient la boutique la plus élégante de Lyon.

Il forme le regard de ses fils qui une fois achevée leur formation dans un institut privé exceptionnel : La Martinière, seconderont leur père dans ses activités et prendront la relève lorsque ce dernier aura des difficultés financières mais aussi lorsque ses capacités inventives et scientifiques trouveront leur limite.

Un enseignement similaire à La Martinière, en une formation alternative qui épanouit leur capacité créative et forme leur jugement, leur pensée, chance inouïe pour ces deux enfants dont le ciel de naissance et l’hérédité n’auraient pas suffi à révéler les dons sans cette stimulation éducative, sans le paysage relationnel d’Antoine, franc-maçon, qui invite à la table familiale et reçoit dans son studio quantités de personnalités lyonnaises influentes. Le secteur 3 attribué à l’enseignement reçu, se situe dans le signe du Taureau pour Auguste, et son maître Vénus est bien situé dans la Balance conjoint à Jupiter maître du Milieu du Ciel. On comprend ainsi l’importance de cet enseignement et de cet environnement qui épanouit l’affectivité,  la sociabilité, déploie une sensibilité large, humaine, soucieuse d’équité, soutient le sens de l’ordre et de la méthode, des associations judicieuses favorisant la réussite. Dans le ciel de naissance de Louis, le secteur 3 est en Vierge, avec Mercure maître du signe sur la pointe de ce lieu dédié à l’enseignement reçu, tandis que plus avant dans ce secteur, le Soleil est conjoint à Saturne en Balance, Saturne étant en affinité avec le signe. Voici mises en valeur par cet enseignement les aptitudes réalisatrices, organisatrices, analytiques, habiles et pratiques de ce Mercure en Vierge tandis que le Soleil maître de l’Ascendant Lion met en valeur la créativité en lui donnant une envergure scientifique, abstraite, profonde, servie par le temps, la patience, l’approfondissement.

Thème astral de Louis Lumière

                                                                                      

Thème astral d’Auguste Lumière

 

 

 

 

 

 

 

 

Parler d’innovation, d’originalité, d’inventivité, c’est faire référence à Uranus dont le cycle est de 84 ans et qui occupe chez Auguste et Louis le même signe, les Gémeaux, du fait de leur naissance à deux ans d’intervalle. Chez Auguste, Uranus occupe le fond du Ciel en Gémeaux. Il fait appel à son maître Mercure en Scorpion en secteur 8, donc à une inventivité soutenue par une avidité de l’esprit, par une puissance créative hors norme qui se renouvelle, progresse, transforme. La Lune en Vierge signe mercurien, procède de cette inventivité uranienne et la transmet méticuleusement  à Saturne sous forme d’illuminations soudaines puis structurées et réfléchies par la rigueur du travail. Chez Louis, Uranus à la fin des Gémeaux renvoie à un Mercure en Vierge qu’il bouscule par un carré pour le valoriser et se replie vers Mars en Gémeaux, maître du Milieu du Ciel. L’inventivité procède d’un esprit analytique et précis et soutient des capacités intenses d’effort de l’intelligence, de lucidité, d’efficacité et de réalisme dans ses applications.

A suivre

Ce contenu a été publié dans Quatuor pour un seul signe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *