Quatuor pour un seul signe : la Vierge

Mère Térésa

Qu’est-ce que la sainteté ?

Attribut exclusif de Dieu dans l’ancien testament mais accessible aux hommes par la grâce du Christ, Dieu fait homme, en croyant en son amour, en suivant son exemple, en agissant comme il le fit, par conséquent réservée au plus grand nombre.

Et pourtant elle vécut 50 ans comme « séparée de Celui qui était censé être tout pour elle ».

Elle naît sous le signe de la Vierge avec un Ascendant Sagittaire dont le maître, Jupiter culmine au Zénith de ce  ciel de naissance dans le signe de la Balance. L’humble Vierge vêtue d’un sari indien, pauvre au plus près des plus pauvres, servante infatigable du Christ, tend son arc vers des hauteurs spirituelles toujours plus lointaines, plus inaccessibles, assoiffée  de justice et victime consentante de sacrifices successifs au nom d’un amour solaire, ambitieux porté par Vénus en Lion dans la maison 8, lieu obscur de crises profondes et de destructions successives, érodant sans trêve la puissance de de l’ego jusqu’à le faire disparaître pour que ne subsiste que ce « petit rien » qu’elle voulait être.

Le secteur 4 est en Bélier et son maître Mars en secteur 9 en Vierge.  La vocation religieuse de la jeune Anjezë prend sa source dans le milieu familial. Ses parents albanais pratiquent avec ferveur la religion catholique, s’engageant sans faiblir au secours des pauvres. Elle écoute sa mère: « quand vous faites le bien, faites le comme une pierre que vous jetez à la mer ». La Lune vient à la conjonction du Soleil puis de Mars pour ses 8 et 9 ans, la mort de son père accroît alors l’intensité du désir de tendre vers un au-delà, aspiration nourrie par les prières et la foi maternelle. A 12 ans lorsque Jupiter en élévation dans son ciel de naissance revient à sa culmination, elle pense déjà à se consacrer à Dieu. Le chemin sera long et douloureux, arc-bouté entre les deux maîtres de la maison 1, Jupiter en pleine lumière posant sa justice divine sur le fléau de la Balance et le sombre Saturne caché sous l’horizon dans le signe obstiné, besogneux et silencieux du Taureau.

Comment comprendre « A quel point elle a vécu comme séparée de Celui qui était censé être tout pour elle et cela pendant 50 ans » (préface du livre «Viens sois ma lumière » écrits intimes de la « sainte de Calcutta »), faut-il rapprocher ce déchirement intérieur de l’opposition d’Uranus au Capricorne à Neptune en Cancer, chacun renvoyant par maîtrise à la conjonction Lune Saturne en Taureau ? D’un côté la force séparative, explosive, la déchirure de l’unité portées par Uranus, de l’autre la force fusionnelle, mystique de Neptune.

A l’origine de cette opposition une conjonction des 2 astres en 1822 à 3 degrés du Capricorne, intéressante correspondance avec ce début du 19ème qui vit le réveil de l’activité missionnaire, mise à mal par la Révolution, grâce à la création de l’œuvre de la Propagation de la Foi menée par Pauline Jaricot née le 22 juillet 1799 à Lyon.  Sommes nous portés par le souffle d’une époque et pour certains d’entre nous, à titre personnel et exceptionnel, porteurs de ce qu’elle laisse d’inachevé afin de le conduire plus loin, plus tard, en accord avec le mouvement cyclique des planètes ? De Pauline Jaricot  à Mère Térésa, se tisse à travers le temps le lien de la Foi et de l’abnégation dans l’engagement caritatif. Pauline consacre sa vie au Seigneur à l’âge de 17 ans, Anjezë entre dans la congrégation des sœurs de Lorette et quitte sa terre natale en 1928, elle a 18 ans, Mercure vient de changer son mouvement et se replie dans le signe de la Vierge occupé par la maison 9  où il ne reprendra sa course directe qu’à l’âge de 40 ans. Mercure qui conduit toute la chaîne des planètes du ciel natal, va l’inciter à explorer durant tout ce cycle, la profondeur de sa foi au service de son prochain, de manière efficace, sur le terrain, mais aussi de manière plus souterraine et plus douloureuse dans l’intimité de son âme assoiffée. Elle dira : « Très souvent je me sens comme un petit crayon entre les mains de Dieu. C’est lui qui écrit…. »

A suivre….

Ce contenu a été publié dans Quatuor pour un seul signe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *