Quatuor pour un seul signe : la Balance

Frédéric Nietzsche

Né sous un soleil dans le dernier décan de la Balance qui procède d’un secteur 9 dans le signe du Lion, par conséquent enclin à exprimer une pensée autonome, autoritaire, énoncée à la première personne du singulier, à la fois vénusienne c’est-à-dire tournée vers les arts – Nietzche est aussi compositeur et poète – et mercurienne c’est-à-dire critique, exigeante et s’attaquant aux questions de la morale. Pensée éminemment personnelle qui pourtant pose le « moi » comme une illusion, le Soleil chutant en Balance, à l’opposé de Pluton en Bélier maître de l’Ascendant Scorpion, pulvérise les illusions et les préjugés : « Je suis de la dynamite » écrira t-il.

Ce Soleil en Balance est au trigone de Neptune en Verseau, source d’inspiration, d’esthétique, de sensibilité aux échanges, à la diffusion d’une pensée progressiste, avant-gardiste pourtant marquée de désillusions, de mensonges, de rêve et de complications notamment dans la façon dont elle est perçue et comprise par ses contemporains.

Thème horoscopique de Nietzsche

L’ascendant Scorpion érige son maître Mars en secteur d’élévation dans le signe de la Vierge à la conjonction de Mercure en Balance, pensée d’altitude qui trouvera son lieu de prédilection et le souffle d’intuitions nouvelles et  exacerbées, à Sils Maria petit village suisse perché à 1800 m d’altitude où Nietzsche passera presque tous ses étés. Cette élévation de Mars en Vierge lui donne quelques temps le goût, la fascination même pour la discipline militaire parce qu’elle répond chez lui au besoin de se commander à lui-même. A quatorze ans, cycle d’opposition de Saturne, il entre au Collège royal de Pforta qui lui offre ce cadre rigoureux qui lui convient. Il écrit : « Déjà mon caractère se révélait. J’avais connu, quoique jeune, trop de deuils et d’afflictions ; je n’avais pas la gaieté ni l’exubérance qui sont habituelles aux enfants. Mes camarades avaient coutume de se moquer de mon sérieux….Je recherchais la solitude et ne me sentais jamais aussi bien que lorsque je pouvais m’entretenir avec moi-même sans être dérangé ».

L’ascendant Scorpion et la conjonction de Mercure à Mars, Pluton en opposition au Soleil c’est aussi une pensée qui se construit « contre » son temps, qui déconstruit les opinions communes. « Philosopher au marteau » est une métaphore martienne. La position de Mars dans le signe de la Vierge, renforce le réalisme et engage à demeurer fidèle à la terre, à démolir les idoles. Dans Crépuscule des idoles », Nietzsche règle ses comptes avec Socrate, Platon, Epicure, Descartes, Kant, Hegel, Darwin. L’axe majeur qui oppose du secteur 10 au secteur 4, Mercure à Uranus, Mars à Jupiter et du secteur 11 au secteur 5, Soleil Balance à Pluton Bélier, s’exprime dans cette affirmation de Nietzsche : « une qualité ne peut naître que de l’opposition » : père-mère, libre arbitre-fatum, histoire et devenir…  Nietzsche, sous le signe de la Balance cherche dans ces oppositions la dynamique de contraires. Dorian Astor souligne dans sa biographie consacrée au philosophe, « Autant qu’il est en son pouvoir, l’homme tient le milieu, il est comme un curseur vibrant sur une ligne d’intensités –Zarathoustra dira : funambule sur une corde, ou pont jeté entre la bête et le surhumain… ».

A suivre…

Ce contenu a été publié dans Quatuor pour un seul signe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.