Quatuor pour un seul signe : Le Lion . Carl Gustav Jung

C G JUNG

Comment parler de la vie de C G Jung qui affirme dans son autobiographie : «… ma vie a été pauvre en événements extérieurs….Je ne puis me comprendre que par les aventures intérieures ». ?

Si les événements de nos vies sont d’un point de vue astrologique l’avènement de transformations psychiques profondes et invisibles dont les planètes dans leur mouvement perpétuel et cyclique signent les temps forts, alors cette lecture à partir du ciel de naissance de C G Jung devrait nous permettre de poser des repères sur cette existence vécue à partir de l’inconscient et de sa réalisation.

Les lignes de force du thème de naissance de C G Jung s’articulent autour d’un Soleil en Lion à la conjonction d’Uranus à l’occident, signature volcanique qui révèle un moi fort, autoritaire, rayonnant, orgueilleux, à l’évolution inattendue, souvent en contradiction avec les autres, soucieux d’indépendance et d’affirmation et prêt à briser plutôt qu’à contourner les obstacles. L’Ascendant est dans le Verseau dont la double signature Saturnienne et Uranienne met ici en évidence la dialectique du signe d’autant que Saturne est présent en secteur 1. Jung a fait état d’une personnalité numéro 1 et d’une personnalité numéro 2 qui cohabitaient en lui : « Au fond je savais toujours que j’étais « deux ». L’un était le fils de ses parents ; celui là allait au collège, était moins intelligent, moins attentif, moins appliqué, moins convenable et moins propre que beaucoup d’autres ; l’autre, au contraire était un adulte, il était vieux sceptique, méfiant et loin du monde des humains… » Saturne en Verseau met l’accent sur la sagesse dans le sens  sapiential  et en tant que maître du secteur 12, sur le long et douloureux travail de transformation personnelle qui fût l’œuvre de sa vie, Uranus, sur l’aspect aventureux du signe, son inventivité, son désir de liberté.

La conjonction exacte du Soleil à Uranus ayant lieu entre 12 et 13 ans en même temps que l’Ascendant progressait sur Saturne et que Jupiter accomplissait sa première boucle, c’est à cet âge sans doute que la personnalité s’affirme dans ce balancement et dans une prise de conscience de sa singularité mais aussi du poids d’une réflexion difficile et déterminante en relation avec l’entourage et les contraintes qu’il impose. Saturne par sa maîtrise sur le secteur 12  habite cette confidence: « toute ma jeunesse peut être envisagée sous le signe du secret. Cela me plongeait dans une solitude presque insupportable… ».

Le jeune homme Jung se sent néanmoins proche de sa mère. La Lune trouve son exaltation en Taureau, dans le secteur 3, favorisant l’échange avec celle dont il dit : « (…) il émanait d’elle une très grande chaleur animale, une ambiance délicieusement confortable, elle était très corpulente. Elle savait écouter tout le monde : elle aimait  bavarder et c’était comme un gazouillement joyeux (…..). Chez sa mère, Jung note également une dualité, un aspect diurne et nocturne, ce dernier aspect inquiétant parfois, en contact avec des forces occultes mais souvent étonnamment pertinent et intuitif. Chez Jung la Lune voisine avec Neptune et Pluton en Taureau, elle est sous la maîtrise de Vénus en Cancer qui précède Mercure dans ce même signe, les valeurs inconscientes sont puissantes et fécondes, elles aimantent la sensibilité et abreuvent les forces d’expression et de communication, elles puisent dans les couches profondes, chtonienne, les maîtrisant par l’effort, par la culture, les transforment, les alchimisent pour construire une œuvre colossale destinée à révolutionner la connaissance de l’âme humaine.

A SUIVRE

Ce contenu a été publié dans En avant première, Quatuor pour un seul signe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *