Quatuor pour un seul signe : le Scorpion LUCHINO VISCONTI

Luchino Visconti

« Je suis venu au monde le jour des morts par une coïncidence qui restera toujours scandaleuse » (Luchino Visconti), le 2 novembre 1906 à Milan, le jour des défunts, dans une ville où les Visconti ont régné pendant des siècles arborant sur leur blason une guivre dressée, ondoyante et dévorant un enfant. Le dévore t-elle où le met elle au monde ? Gérard de Nerval écrit qu’elle est « une mère cosmique qui engendre l’enfant verbe » et pour Visconti « Mourir ou naître c’est la même chose », les chaldéens n’avaient-ils pas un même mot pour désigner le serpent et la Vie. C G Jung dit encore qu’il symbolise l’obscurité du psychisme, ce qui est rare, incompréhensible et mystérieux.

Impressionné par ce totem familial partout représenté (sur les portraits, les meubles, les livres ou les cartouches de pierre), Visconti ne cessera d’en exprimer la complexité tout autant que celle de son ciel de naissance, riche des contrastes d’une personnalité puissante, terrifiante souvent, généreuse et tourmentée aussi.

Le Soleil est en Scorpion face à la Lune en Taureau, tension féconde entre un psychisme qui, d’une part, se plait à fouiller les ressorts morbides de l’être humain et les siens aussi, d’autre part, tente de maîtriser une sensibilité secrète et féconde imprégnée de la souveraine image maternelle de Donna Carla, qui donne à ses enfants une éducation raffinée, disciplinée, musicale surtout. Visconti se rappelle : « Peut-être est-ce là mon souvenir le plus cher ; je vois encore le reflet de la lumière incertaine sur mon violoncelle. Je sens le poids léger de la main de ma mère sur mon épaule ». Les Visconti ont leur loge attitrée à la Scala, à gauche de la scène, tout près de la fosse d’orchestre. Luchino baigne dans le monde féerique, de l’opéra et du théâtre. Verdi, Puccini, Wagner ou Strauss exaltent sa vie d’enfant et d’adolescent.

Pluton est à l’Ascendant Gémeaux. Astre des destructions et des transformations, il accentue  l’attirance de Luchino Visconti pour les histoires qui s’achèvent et les êtres qui se détruisent, pour les univers sombres et les méandres psychiques empruntés par un mal incarnant sa toute puissance. Il trouvera en Sartre, Camus ou Dostoïevski les leitmotivs obsédants d’Ossessione (Les amants diaboliques), des damnés (La chute de dieu, transposition germanique de Macbeth), de Rocco et ses frères (L’idiot de Dostoïevski) et de Mort à Venise d’après l’ouvrage de Thomas Mann. Chaque film a une source littéraire. Son chef  monteur, Mario Serandrei dit qu’il  « se sert de la pellicule comme l’écrivain se sert de l’encre », l’Ascendant étant en Gémeaux, Mercure en Sagittaire au trigone des nœuds lunaires occupant l’axe de la pensée et des moyens de créations et leurs  maîtres, Soleil et Saturne, en aspect bénéfique.

Le travail est essentiel pour le cinéaste, c’est dans ce domaine, le secteur 6, qu’il exprime sa nature profonde, l’endroit et l’envers du Scorpion, son intérêt pour l’implication sociale et politique dans les destins individuels et familiaux, une créativité hors norme, infatigable  et  par l’affrontement de Mars dans le septième signe avec Uranus en secteur 7, l’impossibilité de construire une vie sentimentale paisible, d’instaurer des compromis avec ses acteurs qu’il dresse et dompte comme les chevaux de son écurie, mêlant tyrannie et adoration , générosité et humiliation, la propension de ses films à déclencher des scandales, des polémiques et l’intervention de la justice.

Saturne érigé au zénith forge son  goût de la discipline militaire, de la perfection mais aussi dans le signe des Poissons, l’attirance pour les « vaincus », les victimes et les sacrifiés. Cette planète rythme l’existence de Luchino Visconti, elle scelle à 29 ans son premier élan amoureux vers Irma une jeune aristocrate dont la famille s’oppose au mariage. Après cette déception, Visconti se tournera vers des amours masculines. De la même façon que Marcel Proust, il vivra son homosexualité comme une malédiction et la sublimera dans une conception métaphysique de la Beauté : « Poser les yeux sur la beauté c’est déjà poser les yeux sur la mort » dit-il. La trentaine c’est aussi la rencontre avec Jean Renoir dont il devient l’assistant à Paris et qui lui transmettra ses convictions communistes. A son retour en Italie, son regard sur son pays d’origine en est bouleversé.  Au deuxième retour de Saturne à la soixantaine, la rencontre avec le jeune Helmut Berger, donnera un nouvel élan à son œuvre. « J’écrirai des histoires pour toi » lui dit-il. Le premier rôle qu’il lui confie est celui de Martin  dans « Les damnés ». Il sera sublime dans l’incarnation du Roi Lune, Louis II de Bavière.

Jupiter conduit le cortège planétaire. Sous sa gouverne : Saturne au milieu du Ciel en Poissons, Mercure et Vénus en Sagittaire, ces trois planètes gouvernant chacune les autres planètes. Jupiter en Cancer met en évidence l’attachement fidèle de Luchino Visconti aux traditions familiales, « La famille, une sorte destin auquel il est impossible d’échapper » dit-il,  l’abondance et la luxuriance des étés passés  au bord du Lac de Côme, lieu de villégiature de l’aristocratie milanaise dont André Suarès disait : « Partout, la montagne y enferme un monde clos sur son bonheur ». Grazzano et son château médiéval, témoin de l’histoire belliqueuse des Visconti, Grazzano et son château pour lesquels le comte Giuseppe Visconti,  père de Luchino, déploie des trésors de créativité, de générosité et d’inventivité, ses talents d’architecte et de metteur en scène. Décor de rêve, ferment de l’imagination de Luchino et de son inscription dans un temps long qui guidera ses œuvres vers l’axe vertébral de Saturne, astre du temps, trônant au plus haut du ciel natal. Cernobbio surtout, du côté maternel : La somptueuse villa Nuova construite à la fin du 19ème siècle et la villa Vecchia inhabitée. Jupiter conjoint à Neptune donnera à cette magnificence héritée, une expression esthétique évidente dans des films comme Mort à Venise ou Le Guépard mais aussi une connotation de décadence, de déliquescence attachées à la présence de Neptune et de Pluton et à la pesanteur de Saturne en Poissons qui, en quête d’absolu, rend vulnérable aux événements porteurs de déclins, de cassures, de sacrifices.

A suivre ….

Ce contenu a été publié dans Quatuor pour un seul signe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *