QUATUOR POUR UN SEUL SIGNE : LE TAUREAU – Audrey Hepburn,William Turner, Johannes Brahms,Sigmund Freud

                                                          

                                                                Audrey Hepburn

Elle voulait devenir danseuse étoile. Ce ne fût pas possible, mais  sur « Hollywood walk of fame » une étoile témoigne de l’éclat de son parcours exceptionnel dans le firmament du septième art.

Thème astral d'Audrey Hepburn

Née en 1929, hollandaise et de lignée aristocratique par sa mère, Ella van Heemstra, autrichienne par son père et baptisée Edda Kathleen, la future Audrey Hepburn  passe  son enfance et son adolescence dans une alternance de privilèges et de privations. Côté privilège, une grande propriété campagnarde près d’Arnhem au Pays Bas où elle tisse une relation charnelle avec la nature et les animaux et dont elle gardera la nostalgie jusqu’à l’acquisition à l’âge d’adulte d’une maison, « La Paisible » dans un petit village Suisse. Côté privation, le départ brutal de son père lorsqu’elle à 6 ans, puis la guerre dont elle sortira très affaiblie physiquement et à jamais marquée par le spectacle indicible de la souffrance humaine.

Audrey-walking

Une Lune en Poissons en maison 1 capture sous son éclat nocturne toutes les planètes de ce ciel de naissance sauf Saturne et Mercure. Face à Neptune en  Lion , elle absorbe et amplifie les émotions et sensations, englobe d’abord sa subjectivité dans l’éclatant reflet que lui renvoie le regard ébloui du public puis une fois cette mise en lumière accomplie et intégrée, cette réceptivité extrême aspire à s’épancher dans une oblativité authentique élargissant son champ de conscience vers l’humanité souffrante au sein d’une organisation humanitaire. La Lune précède Saturne et va vers Uranus. Elle met en relation le potentiel d’effort et de persévérance de la première, l’originalité et l’inattendu de la deuxième. Les deux planètes portent l’expérience douloureuse de la maison 12. Saturne vient balayer de son ombre la Lune natale en 1935 et l’étend sur toute la maison 1. Audrey vit à 6 ans « une tragédie dont je crois ne m’être jamais remise » dit-elle. Son père, époux infidèle, quitte la maison. Elle ne le reverra plus. Elle assiste impuissante au désespoir d’une mère  qu’elle adore et qui aura une influence prépondérante dans ses choix de vie. (Lune en maison 1) Cet abandon du père déterminera ses comportements amoureux, sa mélancolie profonde et des périodes d’exil intérieur, son affectivité oscillant entre un extrême repli et un épanchement sensible, mystique. Saturne planète la plus haute dans le ciel de naissance, se replie vers Neptune en 7, que d’efforts pour ne pas perdre la direction de sa vie lorsque l’âme qui aspire à se déployer dans une relation amoureuse paisible et profonde s’effondre dans un mirage. …                                                                                  (à suivre)

 

 

                                                               William Turner

« L’homme est au monde avant le moment chronologique où il vient au monde ; l’homme de tout son être appartient au monde ; il s’inscrivait dans l’espace temps du monde dès avant le jour de sa naissance. De tout son être corporel et spirituel, il appartient à l’univers, avec lequel il est accordé puisqu’il est destiné à y vivre ». (« L’homme romantique » Georges Gusdorf.)

Thème astral de Turner

Né le 23 avril 1775 et mort le 19 décembre 1851, Turner appartient à deux siècles et plus particulièrement au Romantisme. En réaction contre le Classicisme et la rationalité désenchantée du siècle des lumières, ce mouvement débute en Angleterre dès la fin du 18 e siècle puis  se développe et perdure en Allemagne et en France.  Accusé de sentimentalisme, d’évasion hors de la réalité, ce courant des arts et de la pensée, replace l’homme dans une relation nouvelle à la Nature. La peinture d’Histoire est délaissée pour la peinture de Paysage, expression de la vie universelle et d’une Nature divinisée.

Lorsque Turner vient au monde à Londres, l’Angleterre est la première puissance coloniale du monde et la révolution industrielle est en marche. James Watt a commencé à mettre au point la machine à vapeur qui s’adaptera aussi bien à la production manufacturière qu’aux transports maritimes et ferroviaires. Bougainville a  découvert le « jardin d’Eden » à Tahiti, Goethe vient de publier Les souffrances du jeune Werther, œuvre majeure du romantisme européen. Napoléon étend sa mégalomanie sur l’Europe avant de sombrer à Waterloo en 1815, libérant la Grande Bretagne de la peur d’une invasion. Turner sera un chroniqueur de ces grands bouleversements et son génie en donnera une vision très personnelle.

William_Turner,_Light_and_Colour_(Goethe's_Theory)

En 1775, le musicien et astronome amateur W Herschel n’a pas encore découvert la planète Uranus (elle le sera en 1781) ni Leverrier la planète Neptune (elle le sera en 1846), néanmoins, la personnalité de Turner s’accorde déjà aux valeurs de ces planètes qui accomplissent leurs cycles au-delà de Saturne.  En effet : « Chaque homme est, comme le verre de cristal, sensible à certaines influences avec lesquelles sa constitution psychophysique se trouve en accord ou en désaccord ; nous évoquerions aujourd’hui un réglage, à l’avance, sur certaines longueurs d’onde ; les romantiques parlaient le langage du magnétisme, des sympathies et des affinités électives ». (Georges Gusdorf « l’homme romantique »)

La Lune du thème de naissance de Turner est dans le signe du Verseau, à la fois saturnienne et uranienne, elle dialogue harmonieusement avec Saturne en Balance et Uranus en Gémeaux. Turner combine l’ancien et le nouveau. Son admiration totale comme celle de nombreux anglais, va  à CLAUDE (le Lorrain) peintre du 17 e siècle, maître de la lumière dans le paysage. A ses débuts, à 14 ans à peine, (cycle d’opposition de Saturne à sa position  natale), Turner est assistant  chez un architecte. Il y réalise des dessins topographiques, acquiert la rigueur nécessaire à la représentation d’édifices et y assimile la perspective qu’il enseignera plus tard à l’Académie royale.

Il restera très attaché à cette institution qu’il comparait à une mère peut-être en référence à son expérience douloureuse avec sa propre mère qui perdit la raison à la suite du décès de sa fille. On trouve dans sa nature Taureau, ce dernier signe occupant la maison 4 attachée à la mère, aux origines affectives profondes, maison 4 occupée par une conjonction de Vénus et de Jupiter, l’enracinement solide, durable et porteur de réussite dans cette Académie Royale où le peintre Reynolds guidera  ses premiers pas, Reynolds, mentor tant admiré que Turner souhaitera être inhumé auprès de lui à la cathédrale Saint Paul à Londres…….

                                                                             (à suivre)

                                                               

                                                                 Johannes Brahms

« Clara ! Clara ! Tu vas entendre une musique comme tu n’en as jamais entendu auparavant ! » C’est ainsi que Robert Schumann débordant d’enthousiasme,  exhorte sa femme, prodigieuse pianiste, à venir rencontrer et écouter un jeune musicien originaire de Hambourg qui se  présente à leur domicile sur recommandation  du violoniste virtuose, Josef Joachim.

Johannes Brahms

Johannes Brahms

Nous sommes en 1853, fin septembre, Johannes Brahms vient d’avoir vingt ans, « pur comme le diamant, doux comme la neige » dit de lui Joachim. Dès lors, jusqu’à son dernier souffle, la vie de Brahms sera mêlée à celle des Schumann sur le plan musical autant que sentimental, rencontre prédestinée, fondatrice, dont Brahms dira plus tard à Clara : « Ton mari et toi, vous fûtes les plus belles expériences de ma vie, sa plus grande richesse, sa plus noble signification. ». Fusionnent dans le signe du Cancer et dans la maison 4 de Brahms occupée par Mars planète maîtresse de l’Ascendant BélierLune et Mars de Clara, Vénus et Mercure de Robert. C’est dans ce signe tendre et fécond que s’enracine la puissance germinative de leurs talents mêlés, portés par une affectivité profonde, matricielle.

thème astral de Brahms

Sous le signe du Taureau le 7 mai 1833, le thème astral de Johannes Brahms exprime le dialogue contrasté de son signe solaire avec les signes occupés par les autres planètes. Mercure conjoint à Jupiter au Bélier Ascendant, en harmonie avec le Sagittaire recevant la Lune, font flamboyer un tempérament fougueux, généreux, passionnément tendu vers un au-delà universel où déployer l’envergure de ses ailes. C’est un article prophétique de Schumann peu après leur rencontre, dans la revue musicale la plus appréciée d’Allemagne, la Newe Zeitschrift  für  Musik qui propulse son « jeune aigle » si haut que ce dernier en est alourdi d’une pesante responsabilité, l’expose à la critique de ses contemporains et provoque  des crises de découragement. Certes, Saturne dans le sixième signe la Vierge et en maison 6, soutient le Soleil en Taureau sur le chemin d’un perfectionnement obstiné, il résonne harmonieusement dans la fraternité musicale et inspirée d’un Neptune en maison 11,  mais que d’effort, que  de souffrances consentis pour approcher au plus près de l’absolu des cimes d’un Ciel en Capricorne. Avec Saturne en Vierge, Brahms retient ses instincts, arc-bouté entre sa nature passionnée, torrentueuse et l’aspiration à la pureté d’intention qui ordonne ses actes. Est-ce  Saturne en Vierge qui lui fait avouer « Personne n’a eu une vie aussi dure que moi », Saturne qui signe son implacable faculté d’autocritique, même s’il était profondément convaincu de la qualité de ses œuvres, Saturne encore qui l’installe dans la parcimonie pour lui-même dès lors qu’il gagnera largement sa vie ?….

                                                                       (à suivre)

 

                                                                   FREUD

Les anciens accordaient une importance particulière aux degrés du zodiaque notamment au degré sur lequel ce situe l’Ascendant de naissance. Ces degrés sont associés à une image qui ouvre souvent la compréhension d’un thème astral et d’un destin :

Sous les rayons d’une belle étoile, un homme regarde se contorsionner un scorpion qu’il tient par la queue. Pendant ce temps, à droit, un lièvre assis sur un tertre au dessus de son  terrier, le nez levé vers l’étoile, ne voit pas un fusil braqué contre lui.

Cette image est celle du degré onze du Scorpion qui apparaît à l’horizon oriental le jour de la naissance de Sigmund Freud et correspond à l’heure rectifiée. C’est un degré de curiosité nous disent les anciens astrologues, curiosité scientifique de celui qui aime pénétrer le mystère de la nature, de la vie animale, des émotions, tout en se protégeant contre les risques du monde obscur qu’il explore. « Ses découvertes lui vaudront la célébrité, ou un renom un peu effarant peut-être, mais mérité » (les 360° du zodiaque symbolisés par l’image et par la cabbale. JANDUZ).

31893538

Etonnante coïncidence de cette image onirique avec la ligne de force du thème de naissance de Sigmund Freud, le portant tout au long de son existence et jusqu’à nous, à travers le monde effrayant des psychismes en détresse ou des corps hystériques convulsés, au gré du long et fastidieux enfantement des âmes tourmentées de ses contemporains, explorateur éternellement exposé à chercher la lumière de la raison au bout du labyrinthe de ses peurs et des nôtres.

Freud éprouvait un sentiment double par rapport à l’occulte, à la fois attiré par ce domaine du fait de son ascendant dans le huitième signe et d’un secteur 8 valorisé, voulant par ailleurs s’en défendre par la maîtrise de son Mercure en Taureau en aspect du rigoureux Saturne en Gémeaux. Il consacrera plusieurs ouvrages à ce domaine, notamment : Psychanalyse de la superstitionL’inquiétante étrangeté,  Rêve et télépathie.

Ascendant ScorpionTaureau par le Soleil conjoint à Uranus, par Mercure aussi, Freud porte dans sa personnalité et dans ses comportements l’obstination laborieuse de ce signe printanier. Le Soleil occupe un décan de lutte, de fixité dans les objectifs. En 1885, au moment où Saturne, dans le ciel de naissance, maître de la pensée, de l’enseignement reçu, revient  à sa place natale, entre 29 et 30 ans,  Freud  découvre sa véritable vocation et pose les fondations de sa théorie…..

                                                                            (à suivre)

Ce contenu a été publié dans Quatuor pour un seul signe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *